Tous les québécois peuvent apprendre
l'anglais en six mois!

1-866-771-1617
ou
450-250-5501
 “Chez Blue Apple U, nous enseignons aux Québécois comment parler anglais facilement, rapidement et en ayant du plaisir!”
- Viktors Vairogs, directeur de Blue Apple U -
Remplissez le formulaire
pour recevoir
le cours d'essai
de 2 leçons,
sans engagement!

Comment j’ai appris à parler en français en quatre mois

Pourriez-vous le faire ? Eh bien moi j’ai dû le faire et j’ai réussi !

Dans les écoles secondaires nous devions apprendre le français comme langue seconde. Cependant, après quatre ans de cours je ne parlais toujours pas le français. J’ai quand même réussi mes études et j’ai continué à l’université. À l’âge de vingt et un an j’ai pensé faire carrière dans les forces policières, en l’occurrence à la Police de Montréal. Les Jeux Olympiques de Montréal devant avoir lieu en 1976, j’ai été embauché en 1974 afin de mettre sur pied des mesures de prévention contre des attaques terroristes. Les Jeux Olympiques de Munich en 1972 ayant été désastreuses à cet égard. Montréal étant alors une ville bilingue, avec prépondérance au français, le fait que je ne pouvais m’exprimer en français devenait un problème. J’avais appris à vendre une caméra en français parce que je travaillais au magasin Eaton. Je pouvais vendre une caméra en anglais et en français.

Au Québec, l’on ne peut être admis dans les forces policières que si l’on parle un excellent français. Eh bien moi je ne pouvais que vendre une caméra en français.
En 1972 on m’a convoqué pour une entrevue afin de savoir si je parlais le français et l’anglais. La première question que l’on m’a demandée était "Que faites-vous dans la vie ?" L’intervieweur m’a demandé la seule question à laquelle je pouvais répondre en détail. Je lui ai donc parlé des Minoltas, des Nikons et des Mirandas. Je disais plus de mots japonais que français et ce, pendant cinq minutes. J’ai réussi à parler en français sans même prendre mon souffle. Finalement l’intervieweur m’a coupé la parole pensant que j’étais un fanatique de la caméra, et m’a demandé si je pouvais aussi parler l’anglais. J’ai répondu, (Voici ce que j’ai réellement dit) "Je me débrouille" et l’entrevue fut terminée. Je suis ainsi passé à l’étape suivante.

Le 11 février 1974, j’ai été assermenté et j’ai commencé mon entrainement dans les forces policières. Il y avait plus d’une douzaine de cours en français. Je ne savais pas comment j’allais y arriver. Par une heureuse coïncidence, un de mes collègues de la police de Montréal, Pierre R., participait également à cet entrainement. J’ai appris que plus tard il est devenu un des directeurs de la Police de Montréal. Nous étions deux cent hommes. J’étais assis près de lui pendant les cours et j’écoutais et copiais les notes qu’il croyait importantes. Je n’ai aucune idée de ce que j’ai appris en ce qui concerne la loi criminelle, les lois fédérales, les lois provinciales et municipales. Cet entraînement se donnait sur 40 heures par semaine, de 8h00 à 17h00 chaque jour. Lorsque j’arrivais à la maison à 18h00, mon épouse Myriam et moi faisions nos leçons ensemble jusqu’à très tard dans la nuit. J’ai appris de peine et de misère et jusqu’à des heures tardives. En quatre mois, je pouvais comprendre et parler français. J’ai réussi mes examens en techniques policières.
Si vous le voulez, vous pouvez apprendre à parler anglais en un an, oui vous le pouvez. Mais pas de la même façon que moi.

Vous bénéficierez d’une ambiance style zen, tranquille, sans stress, une ambiance hautement motivante et propice à l’accroissement de l’estime de soi. C’est le genre d’ambiance dont vous avez besoin pour apprendre une autre langue avec succès, et vous l’aurez dans le cours ‘English Success’.

- Viktors Vairogs

Comment Un Enfant Apprend l’Anglais

Je ne suis pas l’exemple classique de votre professeur.

Je ne suis pas un enseignant professionnel mais cela fait bien des années que j’enseigne aux professionnels.

Cela fait 33 ans que j’enseigne.

Mes parents ont émigré au Québec en 1948 ; je naissais quelques années plus tard. Mes parents ne me parlaient qu’en lituanien. Nous vivions dans un quartier français et je commençais à apprendre le français de la rue.

À six ans, mes parents m’ont envoyé dans une école anglophone, l’école primaire de Rosemont. Elle existe encore aujourd’hui.

J’étais donc en première année. Je ne comprenais pas un mot anglais. Les vingt autres enfants parlaient tous anglais. Je ne comprenais rien de ce qu’ils disaient. Le professeur parlait en anglais et je ne comprenais rien de ce qu’elle disait. Alors comment ai-je pu apprendre ?

Le professeur ne pouvait prendre du temps avec moi, elle devait enseigner à 20 enfants simultanément. Les enfants ne pouvaient prendre du temps avec moi, ils préféraient jouer avec ceux qui parlaient anglais. Tout ce que je pouvais faire c’était d’écouter et écouter et écouter. Jusqu’au jour où j’ai compris. Comment est-ce arrivé ? À ce moment là je n’aurais pu vous l’expliquer. Aujourd’hui je sais. Mon anglais s’est rapidement amélioré parce que j’ai appris à écouter et comprendre ce que les autres disaient. C’est un autre grand secret de la façon d’apprendre une langue étrangère.

À la fin de la première année scolaire, je parlais anglais et j’ai pu passer à la deuxième année. L’art d’écouter est un simple secret pour apprendre à parler une autre langue. Nous n’apprenons pas une langue en apprenant la grammaire, les conjugaisons, ou encore des listes de vocabulaire. Nous apprenons à parler une autre langue en écoutant et en comprenant.

- Viktors Vairogs